Le Karaté

Le karaté est basé sur des techniques de percussions, utilisant l’ensemble des armes naturelles du corps (doigts, mains ouvertes et fermées, avant-bras, pieds, tibias, coudes, genoux, tête, épaules …) en vue de bloquer les attaques adverses et/ou d’attaquer.

Les techniques regroupent des parades, des esquives, des balayages, des projections et des clés. Des nuances de contenus techniques sont relativement marquées en fonction du style (shōtōkan, wadō-ryū, shitō-ryū, gojū-ryū…).

Pour acquérir la maîtrise de ces techniques en combat, l’enseignement comporte trois domaines d’étude complémentaires : le kihon (基本), les kata (型 ou 形) et le kumite (組手).

  • Le kihon consiste à répéter individuellement et la plupart du temps en groupe des techniques, positions et déplacements. Pratiqué avec un partenaire de façon codifiée, on parle alors de kihon-kumite.
  • Le kata (qui signifie « forme ») est un enchaînement codifié et structuré de techniques ayant pour but la formation du corps, l’acquisition d’automatismes ainsi que la transmission de techniques secrètes. Le kata dépasse l’aspect purement technique en permettant au pratiquant, par de très nombreuses répétitions, de tendre vers la perfection du geste et surtout de faire l’expérience de l’esprit.
  • Le dernier domaine est le kumite ou combat. Littéralement cela signifie « grouper les mains », c’est-à-dire travailler en groupe et non plus tout seul. Cette notion de kumite peut prendre de multiples formes en karaté, de la plus codifiée à la forme la plus libre. Le combat peut être pré-défini (kihon-kumite), fixé à un nombre d’attaque précis (ippon kumite pour une attaque, sanbon kumite pour trois attaques…), dit souple (jū kumite), sans contact (kunde kumite) ou libre (jiyū kumite)

Un cours adulte

Un cours enfant

à venir …

Les bénéfices de la pratique

Le Karaté peut être très bénéfique pour la santé avec une pratique adaptée. De manière générale, le Karaté va faire appel à la coordination et l’équilibre. Selon l’âge, la pratique du karaté va apporter des bienfaits spécifiques.

Chez l’adulte

Chez l’adulte, le Karaté permet d’acquérir et d’améliorer force, vitalité et tonicité. Il permet aussi de travailler souplesse et coordination. Toujours dans le respect de son partenaire, le travail à deux participe à l’amélioration de la confiance en soi, chose très importante dans notre monde actuel.

Mais c’est aussi et avant tout un art martial. L’objectif reste donc de pouvoir se défendre dans la vie de tous les jours en cas d’agression. Il est donc important de pouvoir juger rapidement une situation, de pouvoir se repérer dans l’espace vis-à-vis de l’environnement immédiat afin d’avoir une réaction adaptée et la plus instinctive possible.

On dit souvent que le Karaté c’est la pratique d’une vie. La couleur de la ceinture n’est pas ce qui est le plus important. C’est à chaque pratiquant de gérer sa pratique en fonction de son âge et de ses motivations. À partir d’un certain moment, le karaté peut très bien devenir un simple entretien physique.

Enfin, lorsque l’on avance en âge, la pratique des katas (forme martiale du karaté) est quasiment un traitement du vieillissement neurologique et musculaire. Chez les personnes âgées, la pratique du karaté entretient l’équilibre et la masse musculaire : c’est un moyen de prévention des chutes et par la même occasion des fractures, notamment celle du col du fémur.

Chez l’enfant

Le Karaté permet aux enfants de manifester leur énergie, de la canaliser, et de prendre conscience de leur corps. Le Karaté, par l’importance du respect, les guide dans leurs rapports à autrui et leur permet d’accepter et d’apprécier la discipline.

Chez les plus petits, il leur permet de se construire, de développer leur motricité, leur équilibre, leur mémoire, leur agilité, d’améliorer leur souplesse ainsi que la précision des gestes. Le travail à deux ou en groupe lors des entraînements permet de développer les relations sociales.

Cela les aide dans leur façon d’envisager le travail scolaire et les amène à trouver en eux-mêmes la volonté et les moyens de réussir à l’école. De même, dans un monde d’insécurité grandissante, les enfants apprennent à pouvoir se défendre en cas d’agression et, quoi qu’il advienne, à mieux appréhender le stress occasionné par toutes les situations de la vie.

Concrètement, au club, pour les plus jeunes, le professeur fait alterner les phases de dépense physique (à l’aide de parcours ludiques faits de petits obstacles, cerceaux, etc.) et d’apprentissage progressif et constant des techniques du Karaté, toujours sous une surveillance constante et bienveillante.

« Le Karaté, pour qui s’y engage vraiment, est un parcours initiatique. Il transforme l’individu physiquement, mentalement, spirituellement. Il vise à l’unité du corps et de l’esprit, à l’équilibre dans la pratique au dojo, mais aussi en dehors, dans la vie de tous les jours. » G. Chemama.

 

L’enseignement

L’enseignement proposé s’inscrit totalement dans la tradition du Karaté, tel que l’a reçu Robert PECHALAT de la part de Sensei KASE.

Il s’appuie sur le respect de l’art martial japonais au sens strict du terme, sur la discipline à l’intérieur – et à l’extérieur – du dojo et pendant les cours, et sur la rigueur et l’efficacité des techniques.

Le « programme » suit une évolution dans la pratique :

  • kihon
  • ippon kumité
  • kata
  • application kata
  • combat efficace

Aucune des ces étapes ne doit remettre en cause les techniques fondamentales de base, notamment dans les positions statiques et dynamiques.

L’enseignement permet également de « respecter »  le corps à travers une pratique régulière par la surveillance des positions de base.

Le professeur propose également, pour les enfants de 5 à 9 ans, un cours d’éveil. Des jeux les amènent progressivement à la pratique qui leur apporte un équilibre, une assurance et un épanouissement.

Les cours s’orientent, pour les adolescents vers un aspect plus sportif : les katas et les combats de compétition ne font cependant pas oublier le travail du karaté traditionnel.

« Ceux qui s’enorgueillissent d’être capables de casser des planches et de briser des briques ou qui affirment être capables d’arracher des morceaux de chair de leurs adversaires à mains nues, ne connaissent absolument rien au Karaté. Ils jouent dans les branches et le feuillage d’un grand arbre sans avoir la moindre idée de ce que recèle le tronc. » G. Funakoshi

 

L’éthique au Karaté

Le karaté consiste en l’enseignement d’un art martial et de techniques défensives et équilibrantes pour l’esprit, divulguées par un Sensei. Cela implique un respect mutuel réciproque des pratiquants à l’égard de leur instructeur et de leurs partenaires d’apprentissage, caractérisé systématiquement par un salut traditionnel.

L’enseignement du karaté ne prône aucune distinction ou discrimination ethnique, religieuse, politique, idéologique, philosophique ou physique envers les pratiquants qui sont tous égal dans cet univers consacré à la technique et au respect des autres. En retour, les pratiquants se doivent de respecter cet esprit de neutralité et ne pas déformer leur conduite à l’intérieur du dojo par des principes tels que ceux mentionnés précédemment.

L’humilité étant la règle de base, les élèves ne font en aucun cas l’objet d’un asservissement envers le Sensei. Ils doivent simplement posséder en permanence cette attitude de respect et d’écoute envers la personne qui leur offre un enseignement correct et leur permet de découvrir une culture différente de la leur.

Il est à préciser que le salut appliqué au dojo est une simple marque de respect et d’humilité, qu’effectuent les membres entre eux, qui ne constitue en aucun cas une soumission ou glorification envers une tierce personne ou une déité spécifique.